AXOPEN

Le rôle de l’architecture dans les SI

La comparaison avec le BTP :

L’architecte système d’information conçoit l’architecture du système d’information, c’est-à-dire qu’il conçoit les différentes briques du système d’information (SI) et leur imbrication et est chargé de leur évolution. L’architecte système d’information est au système d’information de l’entreprise ce que l’architecte est à son bâtiment, si ce n’est que le système d’information est amené à évoluer plus fréquemment.

Pour mener à bien sa mission, l’architecte système d’information doit en premier lieu étudier les besoins du client (sa direction ou bien le client chez qui il est en mission), établir une cartographie du système en analysant l’existant, puis proposer un modèle d’architecture et enfin la mettre en œuvre en choisissant une infrastructure matérielle et logicielle.

L’architecte système d’information travaille généralement en équipe, en relation le cas échéant avec un ingénieur système et un ingénieur réseau, et en interface avec les différentes directions métier de l’entreprise.

Le métier d’architecte système d’information est extrêmement stratégique car il conditionne le fonctionnement de toute l’entreprise.

Outre ses compétences techniques, l’architecte SI doit maîtriser l’organisation de l’entreprise et son infrastructure technique. Il doit également posséder d’excellentes capacités relationnelles et stratégiques, ainsi qu’un goût certain pour la négociation, dans la mesure où il travaille en transversal avec sa direction, avec les utilisateurs et avec les fournisseurs de solutions techniques.

Illustration de la notion d’architecture SI par rapport à l’architecture BTP

L’architecture d’une application :

L’architecture d’une application correspond en premier lieu à la déclinaison des quatre couches d’un système d’information au niveau d’une application :

  • Architecture métier, qui précise les processus métier et leur découpage en activités ;
  • Architecture fonctionnelle, qui précise les cas d’utilisation et la modélisation d’analyse (les objets métier, leurs responsabilités et leur collaboration) ;
  • Architecture applicative, qui structure la solution en module applicatifs ;
  • Architecture physique, qui définit l’infrastructure d’exécution des modules applicatifs en regard des exigences de qualité de service et de sécurité de fonctionnement.


Domaines et granularité de l’architecture d’une application

Après avoir répondu aux problématiques techniques sous-jacentes aux contraintes, exigences et besoins spécifiques du système étudié, l’architecture se focalisera sur les échanges entre l’application et le monde extérieur.

En conclusion l’architecture d’une application aborde à la fois les règles de mise en place du système mais aussi les règles d’interaction entre ce système et le monde extérieur (SI de l’entreprise mais aussi le SI des entreprises clients, partenaires ou fournisseurs).

Le rôle des architectes dans les projets

L’architecte système d’information a donc un rôle déterminant lors d’un projet de développement d’une nouvelle application.

Apports de l’architecture dans les projets

La tâche première d’un architecte lors de tout nouveau développement d’application est de rédiger un document cadre nommé « Architecture générale » détaillant pour chacune des quatre couches du SI les dispositifs mise en œuvre pour répondre aux contraintes et exigences du système.

Afin de facilité la tâche des concepteurs et développeurs participants au projet, l’architecte pourra fournir des modèles et guides d’analyse et de conception mais aussi des outils permettant de détecter et référencer les composants réutilisables et ainsi facilité la réutilisabilité et en dernier lieu fournir aux développeurs des guides de normes et bonnes pratiques pour le développement de l’application.

L’architecte a aussi en charge la définition des environnements de développement, de qualification et d’exécution toujours en fonction des contraintes et exigences du système. Il devra aussi détailler l’architecture d’interconnexion et la supervision de l’application si cela est souhaité par le commanditaire de l’application.