AXOPEN

Formats d’export d’objets sous OPX2/Planisware 5

Pour sauvegarder, exporter ou importer des éléments d’une application développée sous Planisware 5 (paramétrage, données), plusieurs formats d’échange sont proposés en fonction du but recherché.

Le « .dpx »

Ce type de fichier peut être généré pour exporter l’intégralité de la base de données de l’application. On parle de dump applicatif car il contient tous les objets de la base de données de l’application (données et paramétrage). Dans P5 on utilise la fonction « Archiver la base » pour la fonction d’export de dpx.

Le .dpx peut être utilisé en complément ou en remplacement des dumps de base de données. Son principal avantage est sa portabilité puisqu’il ne dépend pas du type de SGBD (Oracle, SQL Server…) ni de sa version. Il peut aussi permettre de résoudre certains problèmes de conversion d’encodage (passage d’une base ISO à UTF8). En revanche les performances (temps d’export, nombres de manipulations dans P5) sont moins bonnes que pour un export de base de données classique (par rapport à un dump réalisé via la commande « exp » pour Oracle par exemple).

Attention : dans le cas d’une application P5 dont le modèle de données a été enrichi par rapport au standard P5 (champs supplémentaires, tables stockées, etc.) il est important de s’assurer que l’utilisateur administrateur qui procède à l’export d’un dpx charge bien l’intégralité du modèle de données dans son environnement (en particulier la définition des données additionnelles). Ainsi l’utilisation de l’utilisateur générique standard « admin » doit être évité pour l’export de dpx. Il peut, en revanche, tout à fait être utilisé pour l’import du dpx dans l’environnement de destination afin de gagner du temps sur le chargement (car cet utilisateur  ne charge pas l’environnement Processes).

Le « .dpe »

Ce type d’export est destiné à « Archiver l’environnement » P5, c’est-à-dire à exporter le paramétrage P5 sans les données. Lorsqu’il est importé dans un environnement ce fichier va supprimer de la base le paramétrage existant pour le remplacer par les éléments de paramétrage contenus dans ce fichier.

C’est en général ce type de fichier d’export/import qui est utilisé pour mettre à jour le paramétrage d’un environnement sous P5 (dans le cadre d’une nouvelle version par exemple).

Le « .epx »

Planisware 5 utilise le concept de fichier notamment pour la gestion des droits. Ce concept permet de relier un certain nombre d’objets de la BDD à une entité « le fichier ». Classiquement, ce regroupement va permettre de définir des droits d’accès aux objets qui lui sont rattachés et, lorsque c’est nécessaire, verrouiller cet ensemble d’objets pour pouvoir les modifier sans qu’un autre utilisateur puisse le faire.

L’epx permet dont d’exporter un ou plusieurs « fichier(s) » sous P5, c’est-à-dire créer un fichier d’export contenant l’intégralité des objets rattachés à ce(s) fichier(s) P5. Il peut contenir indifféremment des données et du paramétrage. Ces fichiers epx pourront ensuite être importés dans un autre environnement.

Le « .lsp »

Au dernier niveau, le plus fin, l’export d’objet sous forme de fichier lisp permet d’exporter un ou plusieurs objets P5. Il est généralement utilisé en développement pour transférer des objets d’une base de développement à l’autre. Son utilisation est déconseillée en production.